Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Commentaires

Articles récents

Liste complète

Rechercher

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Recommander

W3C

  • Flux RSS des articles

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet

Tintin grand reporter

Mardi 20 novembre 2007 2 20 /11 /Nov /2007 23:23

Ils étaient près de 50.000 fonctionnaires à manifester aujourd'hui à Paris contre la réforme des régimes spéciaux de retraite et pour une hausse de leur salaire. Deux heures et demie après le départ de la tête du cortège de la place d'Italie, la queue de la manifestation n'avait pas encore bougé.

Reportage et Photo, en partenariat avec Marion, de Res Politica en a profité pour tester, à une petite échelle, le "reportage multimédia" dont je vous parlait il y a peu de temps.

Morceaux choisis en images et en sons:


 



Edition: Le premier interlocuteur du sujet s'appelle Nicolas Comte, directeur général du SGP-FO (au lieu de FO)



Nétiquettes : reportage multimédia manifestation

 

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 18 novembre 2007 7 18 /11 /Nov /2007 10:45


Internet permet de mélanger plusieurs médias en un. Une des plus grandes réussite à ce niveau est, à mes yeux, américaine. Il s'agit du site MediaStorm.

Fondé il y a deux ans par un ancien de Corbis, le site propose des "reportages multimédias". Alliant texte (assez peu), sons, vidéos et surtout de magnifiques photos. La plupart des personnes qui travaillent sur le site où qui lui proposent des reportages sont d'ailleurs photographes.

La plupart des sujets traités sont de thématiques sociales ou internationales : l'immigration, le cyclone Katrine, le Sida... Le traitement de ces sujets avec des images souvent très fortes, la voix de la personne et parfois des séquences filmées donne une profondeur incroyable à ces histoires

La dernière date du 16 novembre. Il s'agit du récit du retour à la vie "normale" d'un vétéran d'Irak par le photographe du Los Angeles Times Louis Sinco. Ce "film" est uniquement composé de photographies. S'y ajoutent les paroles du vétéran , le caporal James Blake Miller. Le tout est en anglais, dure 16 minutes (en comptant le témoignage du photographe qui n'est pas indispensable), mais se regarde très facilement :



Certains me voient venir de loin quand je montre ça. Non, vous n'aurez pas le droit tout de suite à ce genre de production sur Reportage et Photo! L'équipe de MediaStorm est impressionnante ce qui montre bien la difficulté à produire de tels reportages. Mais j'y travaille, alors un peu de patience...



Nétiquettes: photoreportage - multimedia - conflit - Etats-unis

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 18 octobre 2007 4 18 /10 /Oct /2007 21:19

A la fin du mois de septembre, une grève a éclaté dans la ville de Mahalla. Un véritable soulèvement populaire qui illustre le malaise de toute une région. Près de 24.000 ouvriers sont descendus dans la rue crier leur mécontentement, leurs salaires trop bas, leur manque de protection sociale , de soins médicaux et le non-paiement de primes pourtant maintes fois promises.

En mars déjà, 27.000 ouvriers de la ville Mahalla avaient fait une longue grève pour défendre leurs droits. En avril, ceux de Kafr El-Dawar avaient suivi. Cette fois encore ils leur ont emboîté le pas.

A Kafr El-Dawar, les trains de première classe ne s'arrêtent pas et l'on traverse les voies à pied.

 

A Kafr El-Dawar, les trains de première classe ne s'arrêtent pas et l'on traverse les voies à pied.

Le Nord du delta du Nil est connu pour ses usines textiles. De Mahalla à Kafr El-Dawar, de nombreuses villes ne vivent que de cette industrie. Ces cités ouvrières sont de véritables oubliées. Oubliées du gouvernement, du développement et des infrastructures. Ce sont les oubliées du textile.

 

Les gosses jouent au foot le long des quais de la gare, où les gens traversent l'unique voie à pied. Il n'y a presque pas d'éclairage public. En avril, un membre du mouvement de grève expliquait qu'il n'attendait rien des négociations avec les patrons. Après une longue grève, les ouvriers espéraient obtenir une part dans les profits des entreprises textiles.

 

Apparemment, leurs revendications n'ont pas été entendues. Elles sont les mêmes aujourd'hui qu'hier. Ils ne gagnent toujours que 250 à 500 livres égyptiennes par mois (environ 30 à 60 euros) pourtant leur entreprise est la plus grosse du secteur. Cinq d'entre-eux ont été arrêtés pour avoir incité les autres à cesser le travail.

 

Les dirigeants font pression sur ceux qu'ils considèrent comme les leaders. L'ouvrier de Kafr El-Dawar qui m'avait parlé en avril m'avait demandé de ne pas le prendre en photo. Manifester en Egypte n'est pas un acte gratuit. La présence policière et la surveillance des individus est très forte dans ce pays. Il ne faut donc pas se méprendre devant de tels mouvements de protestation. Leur répétition et leur ampleur montre qu'il s'agit de l'expression d'un désespoir énorme, d'une révolte populaire qui couve chez les habitants des villes oubliées du delta.

A lire :
Un artice de l'Institut de recherches internationales et stratégiques
Deux articles d'Al-Ahram Hebdo: l'un sur les grèves de mars, l'autre sur celles de septembre
Un article de Reportage et Photo sur les bouleversements dans le Delta du Nil

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 septembre 2007 7 16 /09 /Sep /2007 11:20

Samedi, la technoparade a envahi les rues de Paris. Depuis la place de Bastille jusqu'à l'hôtel de ville, des miliers de jeunes se sont rassemblés pour une fête à ciel ouvert.

Les danseurs entrent en quasi-transe



Juchés sur la colonne de la Bastille, ils dansent à en perdre haleine, à entrer en transe.


Les mouvements d'épaules sont très inspirés de Michael Jakson et de la break-dance


Le but du jeu est aussi de se montrer. Des confrontations de danseurs s'organisent. A celui qui enchaînera les plus grands et rapides mouvements de bras.




La mode cette année est à la "techtonik". Danse fortement inspirée des mouvements de Michael Jakson. Les bras passent autour de la tête, s'écartent brièvement pour revenir devant le visage qui tourne par saccades.


Signe de reconnaissance : le bandeau signé "Techtonik"


Le mouvement attirant des jeunes de toutes origines, depuis 14 à 18 ans environ a aussi ses codes vestimentaires. Du noir rehaussé de fluo, jeans slims et vêtements moulants.




Chevaux hérissés en une habile crête androgine, les "Techtonik" dansent dans les rues parisiennes.


  "Clubbing is my night obsession"

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 septembre 2007 4 06 /09 /Sep /2007 16:22
Les taxis jaunes de New York menacent de faire grève. Ils ne veulent pas "perdre leur côté artisanal" au profit de nouveaux équipements GPS et de paiement par carte bancaire que la mairie de la "Big Apple" souhaite implanter.

Il y a des taxis qui eux ne sont pas prêts de perdre leur côté "artisanal" : ceux du Caire.

Quand on en prend un, on n'est pas sûr d'arriver là où on veut. Le Caire est une ville immense et les chauffeurs n'en connaissent pas le tiers... quant aux compteurs, ils sont plutôt décoratifs.

Les chauffeurs de taxi n'aiment pas trop que l'on photographie leurs compteurs... comme si tout le monde ne savait pas que leur fonction est uniquement décorative. (c)Antonin Sabot

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

A voir sur le Web

A lire sur le Web

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés