Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Commentaires

Articles récents

Liste complète

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Recommander

W3C

  • Flux RSS des articles

AVERTISSEMENT

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet
Lundi 4 avril 2011 1 04 /04 /Avr /2011 14:46

La vie du blog Reportage et photo prend une autre dimension. Après une tentative de nouveau départ sous Wordpress, il devient un vrai site à part entière et devient donc Reportageetphoto.fr (ça en jette hein!). Vous êtes donc cordialement invité à venir découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.

 

C'est par là !

 

Antonin

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Vie du blog - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 9 mars 2011 3 09 /03 /Mars /2011 10:13

Reportage et photo déménage ! Je vous invite à retrouver ce nouvel article sur mon nouveau blog. C'est par là !

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Inside the Picture - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 février 2011 4 10 /02 /Fév /2011 12:38

S'il est un poids dont les Tunisiens sont heureux de s'être débarrassés, c'est bien celui que faisait peser sur eux la police. Autrefois omniprésente et capable de tous les abus de pouvoir, des plus graves aux plus insignifiants et donc blessants, elle est aujourd'hui dans ses petits souliers.

 

Maintenant tu paies !

 

Pour les Tunissois que j'ai rencontré, c'est un « retour à la dignité », qui parfois se joue dans de petits riens. « L'autre jour, j'étais dans un café, m'a raconté un jeune. Et eux policiers sont venus prendre un café. Quand le patron leur a demandé de payer, ils ont fait mine de ne pas comprendre. Alors il l'a répété bien fort pour que tout le monde entende : Vous devez payer maintenant ! Ça ne leur était jamais arrivé de payer pour leur café. Maintenant ils sont obligés... ils ne peuvent plus faire ce qu'il veulent. »

 

De petites choses, mais qui rendent leur fierté et leur confiance en soit aux Tunisiens.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 9 février 2011 3 09 /02 /Fév /2011 17:00

1297169797853.jpg

 

La censure d'Internet en Tunisie a vécu. Les jeunes ici connaissaient bien les moyens de la contourner mais maintenant tout est en accès libre, même, s'amusent certains blogueurs tout en jurant ne pas vraiment être allé voir, les sites pornographiques. Ici, il n'y a pas eu besoin de nos fantasmes sur les Anonymous pour contourner la censure.

 

D'ailleurs contrairement à ce qui a été dit, Facebook n'a pas été vraiment censuré pendant les événements, seules quelques pages étaient bloqués mais elles étaient ensuite recrées ailleurs très rapidement. J'ai même lu dans je ne sais quel magazine que la Tunisie comptait plusieurs milliers de membres du réseau Anonymous. La bonne blague qui circule plutôt à Tunis est la réplique « même ma grand-mère connait les proxys *». Pas besoin de réseau fantôme ou de la photo du magazine Jeune Afrique avec des jeunes (dont un doit à peine avoir 12 ans) qui regardent une vidéo et légnedée « Des blogueurs du réseau Anonymous ».

 

Enfin dans les « PubliNet » de Tunis, d'où je vous envoie cet article, on est pas encore passé à l'acte II de la fin de la censure. On n'a pas encore enlevé les belles affiches avec marqué « Il est strictement interdit de consulter les sites prohibés ».

 

 

* note pour ma grand-mère à moi : je t'expliquerai.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 9 février 2011 3 09 /02 /Fév /2011 12:47

...Et ça fait bien rire les Tunisiens.

 

Pour preuve, voir cette excellente caricature du dessinateur blogueur Seif Nechi (cliquez pour agrandir) :

 

 

(le mot sur le tableau, Ja'ala, veut dire "pot de vin" de manière très vulgaire, une belle première leçon d'arabe, et une belle preuve de liberté d'expression dans la Tunisie post Ben Ali)

 

Merci à Karim2K de m'avoir fait découvrir ce caricaturiste.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Elles sont pas fraîches mes nouvelles? - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 février 2011 3 09 /02 /Fév /2011 12:30

Dans les rues de Tunis, la fierté déborde. Il y a beaucoup de gens qui vous abordent comme pour vous prendre à témoin de ce qui s'est passé dans le pays, de ce qui s'y passe encore et de ce qui va changer. « Alors tu as vu ? », interrogent-ils, sans avoir besoin de préciser de quoi ils parlent. On a tout de suite compris. Certains montrent du doigt tel ou tel édifice ou hôtel de luxe vendu trois bouchées de pain à un consortium libyen ou à des amis d' « Ali Baba ». « Maintenant c'est fini tout ça, fini ! », ajoutent-ils avec fermeté, comme une exhortation.

 

Une question reste en suspend et si elle est visiblement présente dans tous les esprits, personne n'y donne la même réponse : Combien de temps ? Combien de temps pour que cessent les abus, pour que la démocratie soit enfin là et pour que tout le monde puisse profiter des richesses du pays que le clan Ben Ali se partageait depuis des années ? Les revendications, on en a déjà parlé, n'attendent pas, au point que certains s'agacent de voir trop de revendications corporatistes et pas assez de vigilance politique. Mais pour ce qui est de la démocratie personne ne sait combien de temps il faudra. Peut-être six mois pour de nouvelles élections, mais après ? Deux ans ? Neuf ans ? Personne ne sait.

 

« Pour le moment on est dans le processus de préparation qui permettra ensuite de faire la transition », s'amuse à m'expliquer un étudiant, comme pour dire que ça n'est pas gagné. L'opposition a d'ailleurs elle-même demandé à ce que les élections n'aient pas lieux trop tôt afin de pouvoir mieux préparer son programme.

 

La question du temps semble aussi difficile à résoudre tant qu'on ne saura pas combien de temps vont durer les manifestations et qu'on ne sait pas combien de « purges » il faudra pour satisfaire ceux qui se sont sentis lésés par l'ancien régime.

 

« Il faut oublier 23 ans de dictature », m'a glissé un passant hier matin. Forcément, vu sous cet angle, ça peut prendre un peu de temps...

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 février 2011 2 08 /02 /Fév /2011 13:48

degage.jpg

 

La Tunis nouvelle est en effervescence. Depuis que Ben Ali a fuit, la plupart des gens sont bien retournés au travail, mais pourtant il reste impossible de recenser tous les mouvements, toutes les manifestations, qui agitent encore la capitale tunisienne, trois jours après sa « révolution ».

De rue en rue, de bâtiment administratif en bâtiment administratif, on dirait que chaque coin de rue est un lieu de revendication et de rassemblement.

 

Oui la vie a repris. Les vendeurs de rue sont là (ils ne font que pousser leur chariot pour éviter les foules qui longent l'avenue Habib Bourguiba), les cafés ou les restaurants sont ouverts et la plupart des personnes qui sont dans les rues ne sont que de simples passants. Mais il y a une effervescence, une ambiance, une certaine tension aussi, qui sont pour le moins peu communes.

 

Au détour d'une avenue, on tombe sur l'expulsion de je-ne-sais-quelle directrice d'administration, accusée par la foule de n'être qu'une corrompue. « Il y a des tas de gens qui ont un petit Ben Ali à eux au-dessus de leur tête et qui ne peuvent plus le supporter », m'expliquera plus tard un étudiant, quant à la destitution de ces petits tyrans ordinaires favorisés par un régime gangréné et clientéliste. La joie des manifestants dans ces moments est évidente et semble aussi grande qu'au premier jour. Une joie laissant pourtant cette petite légère impression du jugement populaire expéditif. La directrice en question étant emmenée dans une voiture, encadrée de militaires, sans que l'histoire dise si elle a vraiment été arrêtée ou simplement démise de ses fonctions et déposée un peu plus loin, abandonnée à sa nouvelle condition...

 

« Dégage ! Dégage ! Dégage ! »

 

Le mot d'ordre national tunisien, la réplique que l'on entend dans toute les bouches, que l'on voit graffitée sur tous les murs semble aujourd'hui être un débordant et contagieux « Dégage ! ». Il est sur toutes les lèvres, même sur celles de ceux qui ne manifestent pas mais qui se racontent les uns les autres se qu'ils ont vu. C'est un de ces mots qu'au Maghreb on ne prend pas la peine de traduire et qu'on prononce, en français dans le texte, au milieu d'une phrase en arabe.

jeunes.jpg

 

C'est sur l'avenue Habib Bourguiba, là où la foule, par son nombre, a fait vaciller Ben Ali le 14 janvier, que se concentre l'essentiel des cortèges de revendication. En milieu de matinée, ce sont surtout des jeunes qui crient leur fameux « Dégage ! ». Tout au long de la journée, ils sont rejoins par d'autres groupes, avec d'autres revendications. Certains repartent ensuite un peu plus loin, rentrent chez eux ou vont placarder sur une succursale du ministère de l'intérieur les noms de ceux qui selon eux ont profité du système.

 

A chaque attroupement son lot de discussions véhémentes. Difficile pour moi qui suis un piètre (et même moins que ça) arabophone de toujours bien comprendre les tenants de ses discussions. Certains estiment en tout cas que les revendications ont assez duré, que les changements obtenus sont suffisants (au moins pour le moment) et qu'il faut retourner au travail, d'autres se disputent sur les mots d’ordres car de nombreux groupes ont vu en ces manifestations des manières d'exprimer des revendications sectorielles. C'est notamment le cas de certaines branches particulièrement défavorisée qui étaient jusque là forcées de se taire. Ceux qui autrefois n'avaient aucune voix viennent toucher du doigt cette révolution et cette liberté de parole qu'ils viennent de gagner.

 

PS : Désolé pour  les petites photos, je suis parti en argentique sans compter bloguer, et me voilà donc réduit aux photos au téléphone portble

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Mes galeries photos

Challenge France-Thaïlande au Lumpini Stadium


Capture

A voir sur le Web

A lire sur le Web

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés