Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Rechercher

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Archives

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 14:59

Les légendes en photographie ne doivent pas être prises à la légère. Un récent article du journal Le Monde revient sur de nombreuses lettres de lecteurs mécontents de trouver de lourdes fautes dans certaines légendes de ce quotidien.

 

Souvent prise à la légère, rédigée au dernier moment par un « secrétaire de rédaction » (celui qui met en page, corrige un texte, et lui donne sa titraille) débordé, la légende d'une photo est pourtant, fait remarquer Le Monde, une clé importante d'entrée dans l'article. Une légende bien rédigée sous une belle photographie incite souvent à lire un texte. Une bonne légende contient des éléments primordiaux d'information, mais n'en dit pas forcément trop non plus. Il faut qu'il en reste pour l'article en quelque sorte.

 

fondation-phenix-web01.jpgBien sûr, il n'existe pas de « légende idéale ». Mais objectivement, une photo comme celle-ci par exemple, donne plus envie de poursuivre sa lecture avec une légende comme « Un métaleux avec une grosse barbe et des des gangstas un peu maigrelets, c'est la fameuse "alchimie" de la Fondation Phénix » que « De gauche à droite: Clément, Hugo, Mickael, Adrien et Lorrain ».



 

Mais plus graves que des légendes plates, sont les légendes erronées. Les lecteurs du Monde ne sont pas les seuls à s'en plaindre. L'affaire qui oppose Paris Match à Mélanie Merlin (voir cet article, écrit pour France-Info.com) est plus problématique.

 

Alors comment les erreurs viennent-elles aux rédacteurs de légendes ? Parfois avec le texte de l'article lui-même. C'est alors une faute de la part du journaliste qui n'a pas pris cette dimension au sérieux. Mais souvent (c'est ce qu'explique l'article du Monde) elle vient avec les informations IPTC de la photo.

 

Ces données digitales accompagnent les images dans tous les bons systèmes de classement numérique de photographies. Par exemple, on les trouve sous cette forme chez Reuters,
 info-IPTC-reuters.jpg
ou ainsi sur le logiciel Photoshop.

info-IPTC.jpg

Nom du photographe, date de prise de vue, personnes présentes sur la photo, éléments de contextes sont les éléments parmi les plus important qui sont présents dans ces données.

 

Le problème c'est que parfois ces informations sont parcellaires, ou le rédacteur reste trop collé au texte de l'article alors que la photo représente quelque chose d'un peu différent qui ne sert qu'à illustrer le propos... les chances de se tromper sont alors grandes.

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Inside the Picture
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 17:48

"Couvrir" les conflits de par le monde, c'est-à-dire se rendre sur place et raconter leur déroulement, n'est pas un exercice facile. Photographier de tels moments de l'actualité et de l'histoire l'est encore moins.
Depuis la guerre du Vietnam, où les journalistes et les photographes pouvaient se déplacer à leur gré avec les soldats américains, les belligérants ont bien compris qu'ils avaient tout à gagner à contrôler les images des guerres qu'ils mènent. Et nous, nous avons tout à y perdre.

Les événements qui se déroulent en Birmanie actuellement prouvent bien malheureusement cet état de fait. Le "plus jamais ça!" du Vietnam a été bien compris par les dirigeants comme une prophétie médiatique du maintient du pouvoir (pour paraphraser grosso modo Serge Daney). "Silence on assassine", en somme!

Bien malin qui pourra dire ce qui se passe précisemment en Birmanie en ce moment. Il n'y a presque pas de journalistes sur place. Le régime birman est imperméable à la presse et s'en porte bien. Un caméraman japonnais y a même déjà laissé sa vie. Le caméraman en question, Kenji Nagai, était déguisé en touriste, seul moyen d'entrer dans le pays (avant le bouclage d'il y a quelques jours). Un des très rares correspondants sur place des nombreuses radios (dont France Info, Inter et RTL) change de pseudonyme comme d'hôtel (presque tous les jours) et est en réalité un freelance qui ne bénéficie donc d'aucun soutien direct de ces médias. Les autres sont coincés en Thaïlande.

Les dépèches des agences de presse sont maigres comme peaux de chagrin. Auncune "source directe" comme on dit dans le jargon, les informations sont apportées "selon des témoins". Traduction: on cite quelqu'un qui cite quelqu'un.

Certaines images arrivent toutefois. Celles de Reuters sont signées "stringer". En bon français cela veut dire "indépendant"... ici cela veut même dire "amateur". Les photos sont vendues directement sur le site photo de Reuters en format 4/3 (plus carré que le format 3/2 des appareils réflexs des professionnels) caractéristique des compacts des amateurs. Certaines photos portent même la date et l'heure en rouge (là encore une caractéristique d'appareils amateurs).

Il y a quelques photographes professionnels (dont un français, mais nous ne donneront pas son nom pour le moment pour des raisons de sécurité), mais trop peu pour révéler plus que l'évident des manifestations. Tous ce qu'il y a autour, et surtout les moments réels de répression nous sont cachés. Nous sommes aveuglés.

Il n'y a pas d'image de tank arrêté par un étudiant, pas de bonze qui s'immole par le feu, pas de Rostropovitch qui offre son épaule à un combattant de la liberté exténué. Résultat, il y a peu ou pas de mouvement de soutien à cette insurection. Comment s'élever contre ce que l'on ne voit pas alors qu'il y a chez nous, au contraire, un trop plein de communication, un trop plein d'images ?

Non, nous ne sommes pas aveugles, car l'aveugle compense sa cécité par l'écoute. En vérité nous sommes devenus sourds. De trop voir, nous avons perdu l'usage de nos oreilles. Les appels au secours ne nous atteindrons plus, et les dictatures du monde moderne l'ont bien compris.

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Inside the Picture
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 09:12

L'abuelo est un chamane. L'abuelo réside désormais en ville, mais il n'y habite pas vraiment. Dans ses yeux, on voit qu'il n'est pas totalement là. Il est venu ici pour être près de sa famille. Il n'est pas très impressionnant dans son vieux jean et son T-shirt. En forêt, avec ses peintures et son chapeau de plumes, c'est autre chose.

 Dans ses yeux, on voit qu'il n'est pas totalement làPuyo, Equateur, 2006

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Humeur et poésie
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 18:56
Dans l'armoire de mes parents,     
  il y a un vieux disque...      
        
Tous les vendredi soir, Reportage et Photo vous propose de découvrir un vieux  vynil, en son et en images. Pour le cinquième épisode de la série des disques du vendredi soir, on trouve un drôle de disque. On est en 1976 à Saint-Louis dans le Missouri et le frisson du moment c'est le rock progressif. 
Pour en profiter, allez mettre en route le lecteur en bas de l'article.
 


Dans l'armoire de mes parents, il y a un vieux dique de Pavlov's Dog. A la première écoute on est un peu déconcerté. Mais petit à petit on ne peut plus se passer de cette musique joyeuse et sautillante.

pavlov-01.jpg


Les Pavlov's Dog n'ont pas inventé de style musical, ils reprennent de nombreuses influences du moment, de la fin de la musique hippie et folk de la fin des années 1960. Force est de reconnaître toutefois que leurs morceaux fonctionnent. On se laisse prendre au jeu de ce Casimodo se balançant frénétiquement sous ses cloches.

pavlov-02.jpg
Le site  de Pavlov's Dog



Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans C pas d'la confiture - C d'la culture !
commenter cet article
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 09:00
Mathématiques ? Swahili ? Anglais ? Tout ça à l'air bien difficile mais ne décourage pas les jeunes Tanzaniens.

Ecole africaine... Kagera, 2004
Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Humeur et poésie
commenter cet article
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 18:00
Dans l'armoire de mes parents,     
  il y a un vieux disque...      
        
Tous les vendredi soir, Reportage et Photo vous propose de découvrir un vieux  vynil, en son et en images. Pour le quatrième épisode de la série des disques du vendredi soir, on descend du côté de la Nouvelle-Orléans. On est en 1967, la ville n'est pas encore sous les flots. Elle déborde de jazz et d'énergie! 
Pour en profiter, allez mettre en route le lecteur en bas de l'article.
 




C'est toute la magie et la joie de la Nouvelle-Orléans que l'on retrouve dans ce disque. Le but recherché des musiciens est d'amuser, de divertir ("entertain" en anglais dans le texte) avec leurs morceaux.

Chez les mineurs (la semaine dernirèe) les "spirituals", les appels à Dieu étaient sourds et plaintifs, ici ils sont enjoués et enlevés.



Du disque de Sweet Emma et du Preservetion Hall Orchestra respire la Nouvelle-Orléans. Nombre des musiciens sur ce disque ont plus de 70 ans... et pourtant quelle jeunesse, quelle vivacité dans leur jeu.

That's all Folks!

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans C pas d'la confiture - C d'la culture !
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 20:22

La recherche de la forme la plus adaptée au fond est importante en journalisme. Peut-être moins qu'en art, mais cette dimension n'échappe pas à ceux qui veulent raconter le monde. 

De tout temps, les journalistes ont cherché cette adéquation entre leur propos et la forme qu'ils prennaient. La naissance des différents "genres" journalistiques : portrait, "question-réponse", reportage, compte-rendu,chronique, la liste est longue, le montre bien. Personne aujourd'hui ne peut nier la différence de résultat final entre  un "1minute 30" en télévision et un papier de 3000 signes à l'écrit, même si le sujet et les éléments de compréhension sont les mêmes.

Aujourd'hui, Internet ouvre un nouveau champ des possibles. Hyperliens, sons, écrits, animations, etc. sont des moyens permettant de délivrer autrement le message journalistique.


Mais pourquoi pas, parfois, revenir un peu en arrière et profiter des possibilités actuelles de mélanger les technologies? 

La famille des "Lomo", de gauche à droite : Fisheye, Holga, Sampler et Holga

Alors de vieux appareils dans les mains, un pour chaque oeil, et même plus, je continue à regarder passer les trains...

Format carré un peu désuet et bords flous sont les marques du Holga


Holga (ci-dessus), fisheye et sampler (ci-dessous) autant de moyens inhabituels de faire de la photo et raconter le monde...


L'image et son mouvement décomposés par le Lomo Sampler

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Vie du blog
commenter cet article
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 14:40

La réforme prévue de la TVA, dite "TVA sociale" a coûté assez cher au gouvernement et au président Sarkozy. Les analystes lui attribuent en bonne partie la relative déconvenue de l'UMP aux dernières législatives.

Du coup, la ministre et le secrétaire d'Etat en charge du dossier (Christine Lagarde et Ecric Besson), ont dû faire diplomatiquement marche arrière. A une heure où les indicateurs économiques ne sont pas bons, le président estime sans doute que le moment n'est pas venu d'amputer un peu plus le fameux, l'essentiel (presque constitutionnel) pouvoir d'achat des Français.

Voilà les deux responsables qui reculent, se cachent derrière un timing loupé, sont écrasés par les journalistes qui veulent annoncer la bonne nouvelle à leur compatriotes (et accessoirement leurs lecteurs).

(c) S. Calvet, Libération

Ainsi, l'image de Sébastien Calvet dans Libération nous montre, ou plutôt nous cache, les deux politiques derrière une nuée de journalistes, caméramen et preneurs de son. Cette image illustre à la perfection que cette réforme est enterrée, paradoxalement, par le trop plein médiatique.

Mais comme chacun sait, les journalistes ne restent pas longtemps sur un sujet devenu "froid" alors, une fois la marée de journaliste partie, peut-être reverra-t-on les deux réformateurs?


Sébastien Calvet pour Libération, mercredi 12 septembre.
Cette photographie est issue d'une parution de presse, sa diffusion ici l'est à titre d'information et d'explication sur sa signification. L'auteur de ce blog tient à marquer son attachement au droit d'auteur.

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Inside the Picture
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 11:20

Samedi, la technoparade a envahi les rues de Paris. Depuis la place de Bastille jusqu'à l'hôtel de ville, des miliers de jeunes se sont rassemblés pour une fête à ciel ouvert.

Les danseurs entrent en quasi-transe



Juchés sur la colonne de la Bastille, ils dansent à en perdre haleine, à entrer en transe.


Les mouvements d'épaules sont très inspirés de Michael Jakson et de la break-dance


Le but du jeu est aussi de se montrer. Des confrontations de danseurs s'organisent. A celui qui enchaînera les plus grands et rapides mouvements de bras.




La mode cette année est à la "techtonik". Danse fortement inspirée des mouvements de Michael Jakson. Les bras passent autour de la tête, s'écartent brièvement pour revenir devant le visage qui tourne par saccades.


Signe de reconnaissance : le bandeau signé "Techtonik"


Le mouvement attirant des jeunes de toutes origines, depuis 14 à 18 ans environ a aussi ses codes vestimentaires. Du noir rehaussé de fluo, jeans slims et vêtements moulants.




Chevaux hérissés en une habile crête androgine, les "Techtonik" dansent dans les rues parisiennes.


 "Clubbing is my night obsession"

Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Tintin grand reporter
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 09:04
Quito monte sur les collines et les embrase de lumières articielles...


Quito, Equateur, 2006Quito, Equateur, 2006
Repost 0
Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Humeur et poésie
commenter cet article

Articles Récents

  • Reportage et photo évolue
    La vie du blog Reportage et photo prend une autre dimension. Après une tentative de nouveau départ sous Wordpress, il devient un vrai site à part entière et devient donc Reportageetphoto.fr (ça en jette hein!). Vous êtes donc cordialement invité à venir...
  • Sélection de photos du conflit Libyen
    Reportage et photo déménage ! Je vous invite à retrouver ce nouvel article sur mon nouveau blog. C'est par là !
  • Maintenant les policiers doivent payer leur café !
    S'il est un poids dont les Tunisiens sont heureux de s'être débarrassés, c'est bien celui que faisait peser sur eux la police. Autrefois omniprésente et capable de tous les abus de pouvoir, des plus graves aux plus insignifiants et donc blessants, elle...
  • Tunisie : "Même ma grand-mère connait les proxys"
    La censure d'Internet en Tunisie a vécu. Les jeunes ici connaissaient bien les moyens de la contourner mais maintenant tout est en accès libre, même, s'amusent certains blogueurs tout en jurant ne pas vraiment être allé voir, les sites pornographiques....
  • MAM et Fillon sont dans un avion...
    ...Et ça fait bien rire les Tunisiens. Pour preuve, voir cette excellente caricature du dessinateur blogueur Seif Nechi (cliquez pour agrandir) : (le mot sur le tableau, Ja'ala, veut dire "pot de vin" de manière très vulgaire, une belle première leçon...
  • Combien de temps pour oublier 23 ans de dictature ?
    Dans les rues de Tunis, la fierté déborde. Il y a beaucoup de gens qui vous abordent comme pour vous prendre à témoin de ce qui s'est passé dans le pays, de ce qui s'y passe encore et de ce qui va changer. « Alors tu as vu ? », interrogent-ils, sans avoir...
  • Tunis manifeste toujours
    La Tunis nouvelle est en effervescence. Depuis que Ben Ali a fuit, la plupart des gens sont bien retournés au travail, mais pourtant il reste impossible de recenser tous les mouvements, toutes les manifestations, qui agitent encore la capitale tunisienne,...

A voir sur le Web

A lire sur le Web