Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Rechercher

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Archives

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 11:06

Les rituels chamaniques Shuars

 

Les Shuars vivent avec les esprits. D'une manière qui nous est difficilement accessible, ils croient en d'autres mondes que celui, tangible, admis par notre civilisation rationnaliste comme le seul réel.

Le soir autour du feu, ils racontent des histoires décrites comme "vraies parce que tous les Shuars les connaissent".

Ce sont des histoires de monstres semi-humains tapis dans la forêt, de Shuars qui sont partis vivre de l'autre côté de la rivière où les gens sont des serpents et les boas de petits cafards.

Ce sont les croyances et les mythes des Shuars. Vivaces, ils influent sur le mode de vie et de pensée de ce peuple de la forêt.

Les rituels pratiqués par les chamanes sont la partie la plus impressionnante de cette culture et de ces croyances.

Beaucoup connaissent leur existance, et pourtant peu de personnes ont eu le privilège de les contempler. Cette chance nous a été données à moi et certains de mes amis lors de mon voyage en 2006.

 

 

La passation de pouvoirs chamaniques

 

 

Le rôle du chamane dans la culture shuar est très important. Il est cependant difficile à percevoir pour nos esprits cartésiens. Le chamane fait des rêves, les interprète. Il est aussi une sorte de guérisseur. Il connaît les très nombreuses plantes médicinales de la forêt. Il semble être le lien entre les esprits, entre les forces supérieures et la communauté des vivants.

 

 Les peintures de Francisco représentent ses rêves. Bien qu'il ne soit pas lui-même chamane, elle se rapprochent des songes de ces derniers.

 

Avant de partir à la cérémonie, Francisco nous peint des bandeaux qui serviront à la protection à entrer dans la cérémonie.

Quelques temps avant notre venue à Puyo, le père de notre amie Maria Shakay est décédé. Selon nos amis shuars, il était un puissant chamane. Son fils, Luis, le frère de Maria est lui aussi un chamane. Ses pouvoirs lui ont cependant été « retirés » quand il était jeune, car il semblait ne pas savoir s'en servir d'une « bonne manière ». Nous n'avons pas réellement réussi à savoir en quoi consistaient ces pouvoirs et en quoi ils pouvaient être « bons » ou « mauvais ». Pour ne pas que les pouvoirs de l'« abuelo » ne se perdent, il fallait les transmettre à un jeune chamane: Luis.

 

 

La cérémonie se déroule dans la forêt, non loin de la ville de Puyo. Elle a lieu au près d'un immense arbre (sûrement multi-centenaire) qui symbolise le grand-père et son esprit. Seule la famille proche (et nous) est présente à cette cérémonie: Maria, Francisco, Luis, la mère de Maria, son oncle (un chamane), sa soeur et le mari de cette dernière. Nous nous rendons au lieu de cérémonie peu avant la tombée de la nuit.

 

 

 

Chants tarditionnels shuars.

Francisco et Maria sont toujours volontaires pour chanter et danser: partager leur culture. Ils s'habillent donc de leur vêtements traditionnels et exécutent quelques chants avant la nuit. Ensuite, nous nous installons sous un toile de tente, autour d'un feu. La cérémonie peut commencer.

 

 

 

Les cigarettes blondes ont en partie remplacé le tabac traditionnel...

Pour sortir du monde purement tangible, peut-être pour accéder à une autre dimension de perception (les mots manquent pour exprimer cette réalité qui nous est étrangère), il faut d'abord absorber divers produits psychotropes.

Le premier, le moins puissant, est le tabac. Cultivé par les Shuars, il est écrasé encore frais de manière à produire un jus âcre de couleur marron. Il est absorbé par le nez et est censé donner des rêves, des songes.

Certains des participants à la cérémonie, notamment les deux chamanes, ingurgitent de l'aguayasca. C'est une drogue halucinogène puissante. C'est elle qui pour les Shuars est la clé des rêves et des pouvoirs chamaniques.

 

 

De nombreux chants sont entonnés durant la cérémonie. Ils servent à la fois à invoquer les esprits et à transmettre ses nouveaux pouvoirs au jeune chamane. Il faut aussi faire en sorte qu'il s'en serve à bon escient. Il est donc purifié.

 

 

Nous avons aussi droit à une purification. L'oncle nous souffle de la fumée de tabac sur la tête et agite un rameau au dessus de nous en engeant une ritournelle entêtante. Elle est censée nous guérir de maux dont nous lui parlons par l'intermédiaire de Maria.

 

 

La cérémonie dure jusque tard dans la nuit. Les chants reviennent plusieurs fois. Ensuite quelques discussions s'engagent jusqu'à que tout le monde tombe de fatigue et aille se coucher.Le jeune est désormais un chamane à part entière. Il lui faudra pourtant attendre plusieurs mois avant d'avoir le droit de se servir pleinement de ses pouvoirs.

 

 

 

Partager cet article

Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Tintin grand reporter
commenter cet article

commentaires

Antonin 24/11/2008 22:23

Bonjour désolé de ne vous répondre que maintenant, merci de votre question. Comme je le dis à certains moments dans mes deux articles consacrés aux cérémonies chamaniques, de nombreux aspects des cérémonies auxquelles j'ai assistées m'échappent. Aussi je ne saurais exprimer un point de vue définitif à leur propos, ce ne serait pas honnête de ma part. Je peux en revanche vous expliquer la manière dont je les ai abordées. Tout d'abord je m'y suis rendu sans préjugés. Les premières informations que j'ai eues sur ces cérémonies m'ont été fournies par les participants eux-mêmes. Qui m'ont rapidement, parfois de manière un peu énigmatiques, expliqué les produits, les différentes étapes des cérémonies et leurs significations. Ensuite j'ai participé de manière active. En prenant certains produits (du jus de tabac). Assez peu cependant pour pouvoir suivre la cérémonie, ce qui n'aurait sûrement pas été le cas si j'avais pris de la ayawasca comme le font beaucoup de "touristes spirituels" qui croient pouvoir accéder à une réalité supérieur. Là n'était pas mon but. J'étais plus là en tant qu'observateur, mais sans vouloir être totalement extérieur et donc voyeur non plus. Le souvenir que je garde de ces cérémonies est celui de moments hors du temps. Où les participants (moi y compris bien qu'à une moindre mesure) se détachent de leur identité habituelle pour en revêtir une autre. Cette nouvelle identité étant beaucoup plus collective que celle de tous les jours. Encore que les Shuars ont gardé une identité beaucoup plus collective que la nôtre qui nous enfermons dans notre travail, notre métro et notre ppartment, le tout étant finalement très individuel et individualisant. Je ne veux pas dire que j'ai communié avec les Shuars à ce moment là, mais c'est assez proche de la communion de l'église catholique, sauf que là encore il reste une dimension individuelle qui n'était pas presque pas présente dans les cérémonies shuars. Dans un troisième temps, j'ai lu quelques ouvrages sur les pouvoirs shamaniques de cette région du monde. Mais là, l'analyse ne m'appartient pas et 'influence pas la vision que j'avais jusqu'à présent de ces cérémonies. J'espère que celà pourra vous aider dans votre projet. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas.

MP 19/11/2008 01:16

salut. nous sommes de etudiants d'un lycée francais en Equateur.Ton reportage nous semble trés interessant car il est lié a notre sujet de tpe "le chamanisme".nous voulions savoir quel est ton point de vue par rapport a la purification, qui est une ceremonie qui n'appartiant pas a ta culture?

Antonin 24/06/2008 21:43

Gwen, je n'utilise pas le mot drogue dans un sens péjoratif. Une drogue est une substance psychotrope, c'est-à-dire qui agit sur l'esprit. C'est exactement ce que fait la ahuayasca. Une drogue a aussi des aspects négatifs. Mais la ahuayasca a parfois tué des gens.. mon rôle n'est pas de prendre parti, juste de décrire. le terme "drogue" a un sens clinique que j'essaie de respecter (même si je ne suis pas médecin.

gwen 20/06/2008 16:52

salut à toi , ce qui me choque c 'est tu qualifies l' ayahuasca de drogue.Qui d' autre qu'un occidental appelle cala de la sorte...Parlons plutot d 'une plante ou plus exactement des plantes enseignantes.

Antonin 11/01/2007 22:52

:-) hihi
J'espère juste que je ne serais jamais à sec ... ça voudra dire que je n'ai pas arrêter de voyager!!!!

Articles Récents

  • Reportage et photo évolue
    La vie du blog Reportage et photo prend une autre dimension. Après une tentative de nouveau départ sous Wordpress, il devient un vrai site à part entière et devient donc Reportageetphoto.fr (ça en jette hein!). Vous êtes donc cordialement invité à venir...
  • Sélection de photos du conflit Libyen
    Reportage et photo déménage ! Je vous invite à retrouver ce nouvel article sur mon nouveau blog. C'est par là !
  • Maintenant les policiers doivent payer leur café !
    S'il est un poids dont les Tunisiens sont heureux de s'être débarrassés, c'est bien celui que faisait peser sur eux la police. Autrefois omniprésente et capable de tous les abus de pouvoir, des plus graves aux plus insignifiants et donc blessants, elle...
  • Tunisie : "Même ma grand-mère connait les proxys"
    La censure d'Internet en Tunisie a vécu. Les jeunes ici connaissaient bien les moyens de la contourner mais maintenant tout est en accès libre, même, s'amusent certains blogueurs tout en jurant ne pas vraiment être allé voir, les sites pornographiques....
  • MAM et Fillon sont dans un avion...
    ...Et ça fait bien rire les Tunisiens. Pour preuve, voir cette excellente caricature du dessinateur blogueur Seif Nechi (cliquez pour agrandir) : (le mot sur le tableau, Ja'ala, veut dire "pot de vin" de manière très vulgaire, une belle première leçon...
  • Combien de temps pour oublier 23 ans de dictature ?
    Dans les rues de Tunis, la fierté déborde. Il y a beaucoup de gens qui vous abordent comme pour vous prendre à témoin de ce qui s'est passé dans le pays, de ce qui s'y passe encore et de ce qui va changer. « Alors tu as vu ? », interrogent-ils, sans avoir...
  • Tunis manifeste toujours
    La Tunis nouvelle est en effervescence. Depuis que Ben Ali a fuit, la plupart des gens sont bien retournés au travail, mais pourtant il reste impossible de recenser tous les mouvements, toutes les manifestations, qui agitent encore la capitale tunisienne,...

A voir sur le Web

A lire sur le Web