Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Commentaires

Articles récents

Liste complète

Rechercher

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Recommander

W3C

  • Flux RSS des articles

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet
Dimanche 10 février 2008 7 10 /02 /Fév /2008 12:08

"Maintenant, je préfère laisser parler les images" explique James Nachtwey, voix grave et posée. Images du sida, du paludisme et de la tuberculose. Images des maladies ifesctieuses qui ravagent le Tiers-Monde quand l'Occident a presque réussi à s'en débarasser. Comment ne pas les laisser parler ces images face à cet homme au regard profond, un des plus grands photojournalistes du monde ?

undefined


Il est pourtant discret. Même placé au centre des attentions il n'est pas expansif. Les gens qui ce soir de vernissage entrent au Laboratoire ne le remarquent même pas. Pourtant pour celui qui a déjà vu son visage, impossible de le manquer. L'homme dégage une force intérieure impressionnante. 

Attentif, il écoute l'air heureux le jeune photographe qui vient lui serrer la main, ému : "C'est grâce à vous que j'ai voulu devenir photojournaliste" lui dit-il bafouillant. Ses yeux sondent ses interlocuteurs, soutient leur regard de manière rassurante.

"Il ne fait pas qu'observer, il partage" confirme Anne Goldfeld qui a monté le projet de "Combat pour la vie" avec le photographe. Il partage la douleur des gens qu'il photographie et c'est ce qui donne toute leur force a ses images.

undefined


Encore une fois, les photographies de James Nachtwey ont une force hors du commun. Il est toujours au plus près des gens qu'il photographie. Le cadrage est parfait. On a l'impression que le moindre changement de cadre ferait perdre quelque chose à l'image. Ici on perdrait de la force, là des information nécessaires à la compréhension. James Nachtwey fait tout entrer dans son cadre : explications, contexte, émotions... et finalement la chose la plus importante qui soit : l'humanité.

undefined

 

 

"Combat pour la vie", photographies de James Nachtwey et portraits vidéo d'Asa Mader, jusqu'au 10 Mars au Laboratoire, 4 rue du Bouloi, paris 1er. Entrée 6 et 4,5 euros.
Conférence d'Anne Goldfeld le 12 février qui témoignera de la façon dont la démarche de James Nachtwey a influencé sa propre expérience de médecin (entrée libre).
Contact:  Le Laboratoire : 01 78 09 49 50 ; www.lelaboratoire.org




Nétiquettes : Photojournalisme Nachtwey conflits
Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Inside the Picture - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

A voir sur le Web

A lire sur le Web

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés