Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Rechercher

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Archives

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 16:38
Alors que les libérations de prisonniers des Farc en Colombie viennent donner de l’espoir à la famille d’Ingrid Betancourt, la situation en Colombie est loin d’être réglée. De nouveaux acteurs viennent compliquer les rapports et les négociations entre le gouvernement du président Alvaro Uribe et les Farc qui détiennent de nombreux otages dont la franco-colombienne Ingrid Bétancourt.

 En marge des négociations avec les paramilitaires des Autodéfense Unies de Colombie (AUC) et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), de nouveaux groupes armés apparaissent en Colombie et reprennent les activités criminelles de leurs prédécesseurs, racket, trafic et enlèvement, explique un rapport de l’International Crisis Group.

Les négociations pour la libération des otages détenus par les Farc, forces d’obédience marxiste à leur création et désormais largement tournées vers le trafic de drogue, dépendent en partie de la position du pouvoir envers les paramilitaires des AUC. Ces milices armées avaient été créées justement pour lutter contre les guérilleros au début des années 1990. Très vite elles ont utilisé les mêmes armes mafieuses que les Farc, comme le racket et le trafic de cocaïne, la lutte entre les deux forces est alors devenue une concurrence pour le contrôle des régions productrices de coca. Jusqu’à aujourd’hui, les liens entre paramilitaires et armée régulière gênent considérablement les négociations entre le gouvernement et les Farcs.

Depuis 2003, un processus de démobilisation des paramilitaires a été engagé. 32.000 hommes ont ainsi quitté ces groupes armés, révélant par la même occasion l’existence de 3.700 charniers où seraient enterrées plus de 10.000 victimes du conflit colombien.

Le règlement du conflit ne semble pourtant pas à portée de main. Fin 2006, le gouvernement Uribe a durci les termes de la loi « justice et paix » (JPL). Plusieurs leaders des AUC ont alors quitté la table des négociations. Ils ont depuis créé de nouveaux groupes armés clandestins dénoncent les experts du groupe de recherche International Crisis Group. Dans le même temps, des gangs criminels commencent à occuper la place laissée par les AUC.

C’est le cas par exemple des « Black Eagles » présents dans le nord-ouest du pays, à la frontière avec le Vénézuela, ou de l’Organisation nouvelle génération (ONG) et de Rastrojos dans le sud-est, à la frontière équatorienne. Le gouvernement ne semble pas encore prendre ces groupes au sérieux et estime leurs forces à 3.000 hommes. Des membres de la société civiles avance plutôt le chiffre de 10.000.

Certains de ces groupes sont les successeurs des anciens cartels de trafiquants de drogue comme le Cartel de Cali. La différence avec ces anciens gangs est qu’ils commencent à occuper le territoire colombien à la manière des AUC et des Farcs. Ils pratiquent alors le racket des entreprises et le trafic de drogue. Le business des enlèvements est aussi très actif. Ces nouveaux groupes vont jusqu’à sortir de la Colombie pour prendre des otages et en tirer des rançons. Les « Black Eagles » franchissent régulièrement la frontière Vénézuélienne et le groupe ONG n’hésite pas à entrer en Equateur pour y capturer des otages expliquent des habitants sur place.


Le rapport de l'International Crisis Group
.
Le site des Farc.
Autre source précieuse: Le Conflit armé en Colombie, par Pietro Lazzeri

Partager cet article

Published by Antonin Sabot-Lechenet - dans Elles sont pas fraîches mes nouvelles
commenter cet article

commentaires

phiconvers 23/06/2007 20:18

Il est vrai que le raport de l'ICG que vous citez et dont vous vous inspirez, comme tous ceux de ce think tank sur la région d'aileurs, est très bien fait.Voici "mon" dossier Colombie, que je vous invite à agréger à vos sources sur ce superbe et passionnant pays :http://francelatine.over-blog.com/article-6792792.html

Antonin 09/06/2007 19:09

Merci à vous d'être passé. Heureux de faire partie de cette comunauté.A une prochaine fois sans doute :-)

Maître Zen 09/06/2007 14:43

Un petit coucou de l'administrateur de la communauté "Photographies"...Je n'avais pas le temps...mais bienvenue dans ma communauté qui devient la vôtre par vos contribution.Merci.et à bientôt!

Articles Récents

  • Reportage et photo évolue
    La vie du blog Reportage et photo prend une autre dimension. Après une tentative de nouveau départ sous Wordpress, il devient un vrai site à part entière et devient donc Reportageetphoto.fr (ça en jette hein!). Vous êtes donc cordialement invité à venir...
  • Sélection de photos du conflit Libyen
    Reportage et photo déménage ! Je vous invite à retrouver ce nouvel article sur mon nouveau blog. C'est par là !
  • Maintenant les policiers doivent payer leur café !
    S'il est un poids dont les Tunisiens sont heureux de s'être débarrassés, c'est bien celui que faisait peser sur eux la police. Autrefois omniprésente et capable de tous les abus de pouvoir, des plus graves aux plus insignifiants et donc blessants, elle...
  • Tunisie : "Même ma grand-mère connait les proxys"
    La censure d'Internet en Tunisie a vécu. Les jeunes ici connaissaient bien les moyens de la contourner mais maintenant tout est en accès libre, même, s'amusent certains blogueurs tout en jurant ne pas vraiment être allé voir, les sites pornographiques....
  • MAM et Fillon sont dans un avion...
    ...Et ça fait bien rire les Tunisiens. Pour preuve, voir cette excellente caricature du dessinateur blogueur Seif Nechi (cliquez pour agrandir) : (le mot sur le tableau, Ja'ala, veut dire "pot de vin" de manière très vulgaire, une belle première leçon...
  • Combien de temps pour oublier 23 ans de dictature ?
    Dans les rues de Tunis, la fierté déborde. Il y a beaucoup de gens qui vous abordent comme pour vous prendre à témoin de ce qui s'est passé dans le pays, de ce qui s'y passe encore et de ce qui va changer. « Alors tu as vu ? », interrogent-ils, sans avoir...
  • Tunis manifeste toujours
    La Tunis nouvelle est en effervescence. Depuis que Ben Ali a fuit, la plupart des gens sont bien retournés au travail, mais pourtant il reste impossible de recenser tous les mouvements, toutes les manifestations, qui agitent encore la capitale tunisienne,...

A voir sur le Web

A lire sur le Web