Qui parle?

Jeune journaliste, j’essaie de pratiquer ce métier pour "raconter le monde" et donner à voir ce que l'on ignore parfois. « Le voyage ne commence pas au départ et ne finit pas au retour » écrit Kapuscinski dans Mes Voyages avec Hérodote. Pour expliquer la façon dont des gens que nous ne connaissons pas voient le monde et leur vie, il faut être près d’eux. En tentant de mieux comprendre leur point de vue on acceptera mieux la différence et peut-être verra-t-on qu’elle n’est pas si… différente ?

Commentaires

Articles récents

Liste complète

Texte Libre

Sites et blogs photos:
Lens :
le blog photo et multimédia du New York Times, magnifique et instructif
Burn :
webzine photo parrainné par David Alan Harvey
PierreMorel.net :
le blog de Pierre Morel
Photo-Reportage et Co :
le blog de Sandro di Carlo Darsa
Reportages Photos.fr :
actu photo, tutoriels et galeries de jeunes photographes

Recommander

W3C

  • Flux RSS des articles

Attention, Reportage et Photo déménage !
Vous êtes encore nombreux à venir visiter Reportage et Photo, pourtant cette adresse n'est plus mise à jour. Si vous souhaitez découvrir mes nouveaux articles je vous invite à venir les voir sur Reportageetphoto.fr. Vous êtes donc cordialement invité à venir y découvrir toujours plus d'analyses d'images, d'histoires de reportages et de documentaires multimédia à cette nouvelle adresse, plus pratique et plus belle.
- Antonin Sabot-Lechenet

Tintin grand reporter

Vendredi 27 juillet 2007 5 27 /07 /Juil /2007 19:40

"Pour un petit oiseau, tu en mets juste sur la pointe. Pour un singe jusque là." Luìs montre la taille de son ongle. "Pour un homme il faut en mettre comme la phalange... c'est un poison très puissant!" S'ils ne s'en servent presque plus, tous les shuars en connaissent la recette. Ils n'ont abandonné la chasse à la sarbacanne qu'il y a peu de temps.

sarbacane05.jpg

A l'heure où les enfants occidentaux ne savent plus d'où vient la nourriture qu'ils avalent, les Shuars abandonnent à peine leur mode de vie séculaire de chasseurs-cueilleurs. Dans cette tradition, la sarbacanne a une place prépondérante.

L'outil le plus important à l'heure actuelle dans la forêt amazonienne est la machette. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Les habitants de la selva ne connaissent le fer que depuis peu et cet instrument correspond à un mode de vie qui cherche à domestiquer la forêt,  la couper plus facilement et à y cultiver de quoi subsister.

Lorsque les Indiens étaient des chasseurs-cueilleurs, ils se faufilaient entre les arbres plutôt que des les couper. La sarbacane était alors le meilleur moyen pour apporter de la nourriture.

sarbacane02.jpg
Les sarbacanes des Shuars nécessitent beaucoup de travail. Ils coupent d'abord deux longs morceaux de bois. Ils sont ensuite rainurés, puis frottés ensemble pour bien s'assembler. A l'intérieur, il y a un petit tube en bambou. Le tout en attaché par un liane finement serrée puis étanchéïsée par une sorte de goudron. Ici, Luìs répare une sarbacane avant une cérémonie.
sarbacane03.jpg

          

Celles des Shuars sont impressionnantes. Elles mesurent plus de trois mètres de haut. Tous jeunes, les enfants s'exercent sur de petits modèles, découpés dans les grands. Les adultes sont encore capables de tuer un oiseau en haut d'un arbre de vingt ou trente mètres.



Les animaux n'entendent pas les petites flèches, taillées dans du bambou, arriver. Ils ne se rendent comptent qu'ils sont pris pour cible qu'une fois que la flèche les a dépassés... s'ils ont de la chance. Les humains non plus d'ailleurs ne l'entendent pas. Les Shuars avaient pour habitude de régler leurs comptes en se cachant non loin de la hutte de leur ennemis, au réveil, les mauvais rêves de la victime devenaient réalité au sortir de chez lui.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 17 juillet 2007 2 17 /07 /Juil /2007 22:42
Un reportage, une simple série de photos... à vous de voir

polaYeuweb01.jpg


Le mois de juin pleure ses dernières pluies. Il ne fait pas beau et l'île d'Yeu attend les touristes.

polaYeuweb06.jpg


Sur les plages, les coquillages savourent les derniers instants de calme. Seuls quelques joggers passent à leurs côtés sans même leur prêter attention.

polaYeuweb02.jpg


Le vent a beau pousser les vagues sur les rochers de la pointe du But, il n'y a personne à mouiller.

polaYeuweb10.jpg


Les rochers s'en moquent et rient, toutes crevasses ouvertes.

polaYeuweb12.jpg


De petites plantes s'y sont fait une place, mais pas au soleil.

polaYeuweb08.jpg




Quand un de ses rayons vient quand même lécher le sol, tout s'illumine et l'île d'Yeu est le plus bel endroit du monde.

polaYeuweb07.jpg



Les rues sont vides, les quelques touristes qui sont venus jusqu'ici se sentent au bout de la Terre.

polaYeuweb04.jpg


Ils n'ont pas tout à fait tort.

polaYeuweb05.jpg



Les pêcheurs ne sortent pas beaucoup en ce moment. Leurs beaux drapeaux restent bien sagement sur les ponts des bateaux.

polaYeuweb11.jpg


A l'abri du vent, on est bien,

polaYeuweb9.jpg


Les roses trémières sentent bon,...

polaYeuweb03.jpg


... Et les chemins ne sont ouverts que pour nous.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Samedi 14 juillet 2007 6 14 /07 /Juil /2007 11:36

   Jo Boulad a les yeux un peu dans le vague. Il vous attend à la terrasse de Pastroudis. "Un des derniers cafés grecs de la ville" soupire-t-il. Même lorsqu'il soupire, on sent qu'il affirme. Il serait heureux qu'on dise qu'il est la mémoire de la ville, la mémoire d'Alexandrie. Ce serait faux. Sidi Gaber, les quartiers populaires et périphériques ne se retrouveront jamais dans cet homme d'une cinquantaine d'années aux yeux bleu profond. Par contre la corniche, les pâtisseries et restaurants grecs, le souk al-attarine (le souk des antiquaires) tout cela respire de l'esprit même de Jo Boulad. Cette Alexandrie qui n'existe presque plus, c'est tout lui.

Jo-Boulad.jpg

Jo Boulad existe bel et bien lui, mais il est, pour paraphraser un mémoire universitaire paru il y a quelques années, un "héritier sans héritage". Le cosmopolitisme alexandrin s'écroule et ses enfants ne peuvent que le regarder faire. Si Jo Boulad a les yeux dans le vague c'est qu'il est souvent plongé dans une époque qui n'existe plus, où Alexandrie était la Méditérranée plus que l'Egypte, où la corniche avait des allures de Monaco.

Plantu, le dessinateur du Monde, passé par Alexandrie pour une exposition de ses photos sur l'Orient et l'Islam s'était affectueusement moqué de Jo Boulad et de son arbre généalogique. L'homme a gardé le petit dessin le représentant parlant de ses aïeux un verre de vin à la main. Du vin français, italien ou grec. Du vin cosmopolite comme le fut l'Alexandrie de Jo Boulad.
Il l'aimait et en parle comme d'une femme qui est partie. Dieu qu'elle devait être belle !


Portrait photo réalisé pour l'article de Julia Pascual sur l'Alexandrie cosmopolite, texte inédit.
Merci à Jo Boulad pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2007 2 10 /07 /Juil /2007 11:30

 

" Eh fait doucement !

Mais recule-toi ! "

Assis sur une grosse pierre bien lisse Victor fait un geste de la main pour signifier à son cousin qu'il ferait mieux de s'écarter. Dans la main droite de Victor, il y a le couteau que son père lui à prêté, dans sa main gauche, un cylindre marron de trois ou quatre centimètres de diamètre. Un bâton de dynamite. En pleine forêt amazonienne, dans une rivière qui est sûrement une des plus propres du monde, parce que les filets sont très chers, les indiens shuars pêchent à l'explosif.

 

Tous les gamins du petit village de Tsuntsu, perdu dans la forêt à une journée de route de la ville la plus proche, sont venus pour participer. Comme dans beaucoup de pays, la pêche est, pour les enfants, plus une sortie qu'une corvée. Et puis dans la région, il y a presque autant de cours d'eau que d'arbres, mais il faut quand même pas mal de monde pour pêcher de quoi manger. On y met les grands moyens.

 

" Passe-moi une feuille Ivan. " Il faut enrouler le demi bâton de dynamite dedans pour empêcher qu'il ne prenne l'eau trop vite. On y fait un trou pour la mèche avec un bout de bois. " On la met après, c'est dangereux " explique Victor, un peu avare en paroles. Il préfère observer ce qu'il se passe plutôt que de s'étendre. Les deux plus jeunes garçons qui le suivent sont plutôt à l'opposé, mais c'est Victor l'aîné.

 

Pour l'instant, il observe la rivière. Les plus jeunes courent sur les rochers et ramassent des escargots d'eau, les tsuntsus, qui ont donné leur nom au village. On attend Ivan qui est parti il y a quelques minutes dans la forêt.

 

Il ne tarde pas à revenir. Il tient un bâton sur son épaule. Au bout du bâton, il y a comme une grosse motte de terre. Pourtant cela n'a pas l'air très lourd. Les enfants s'approchent de lui en riant. Ils posent une main sur la motte de terre avant de regarder y grimper des centaines de petits insectes rouges, des termites.

 

La technique de pêche des Shuars est rôdée. Les termites sont un appât de choix. On coupe deux petits bouts de leur refuge, puis on les tape l'un contre l'autre pour les faire tomber dans l'eau. Victor, sa dynamite dans la main observe, en contre bas, la surface de la rivière. " Rien ". Amadeo explique : " Si on ne voit pas de poissons monter à la surface pour manger des termites, il faut aller voir plus loin. "

 

Or la rivière est longue. Il faut remonter plusieurs kilomètres. Tous les cinq cents mètres quelques termites sont sacrifiées, mais pas attaquées par les poissons, il faut encore remonter le cours d'eau.

 

Les termites ont servi à à quelque chose. Victor lance sa dynamite dans un lacet de la rivière. Une petite colonne d'eau s'élève dans un fracas inhabituel pour la forêt. C'est le signal que tous attendaient pour se jeter à l'eau. L'explosion ne tue pas de nombreux poissons. La plupart ne sont qu'assomés et il faut les attraper avant qu'ils ne se réveillent.

 

Après les heures de marches dans la chaleur humide, le bain fait un bien fou. Même s'il est un peu physique. Amadeo est un de ceux qui s'en sortent le mieux. Il observe au ras de l'eau et soudain il plonge. Quand il remonte, c'est presque à chaque fois avec un ou deux petits poissons frétillants.

 

Après avoir utilisé les deux moitiés du bâton d'explosif, le bilan est bien maigre. A peine un kilo et demi de fritures et une vingtaine d'escargots d'eau. Pour autant, personne ne semble le remarquer. Leur pêche miraculeuse est là : un moment d'amusement, une sortie " à la rivière " avec de belles explosions, et puis la forêt et les rivières d'amazonie qui ont leur effet légèrement euphorisant même sur les gens qui y vivent.

 

  

 

 

Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 14 juin 2007 4 14 /06 /Juin /2007 23:02

Un petit morceau de musique Shaur juste pour le plaisir.


Les chansons de ces indiens d'Amazonie Equatorienne est emplie de sens. Elle parle des ancêtres, des esprits (lesquels se confeondent bien souvent : lorsqu'un "abuelo" meure, il devient un esprit) et des dieux de la forêt.

equateur540.jpg

Les Shuars chantent ses hymnes avec ferveur... même si c'est parfois devant des touristes qui ne comprennent pas ce qui se joue devant leurs yeux.


Ecoutez cette chanson. Elle parle de Tuna, l'esprit de la cascade. Il donne force et longévité, c'est tout ce que je vous souhaite. La fin de la chanson est un appel, un hommage aux autres tribus shuar.


Par Antonin Sabot-Lechenet - Publié dans : Tintin grand reporter - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

A voir sur le Web

A lire sur le Web

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés